Chiffres-clés

Dernière modification : 10/09/2020

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE EN 2019

EN FRANCE

Les femmes sont les 1ères victimes des violences au sein du couple

  • 146 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire en 2019, contre 118 en 2018 (+24%). En moyenne, une femme décède tous les 2,5 jours.
  • 27 hommes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire. En moyenne, un homme décède tous les 13,5 jours.
  • 25 enfants ont été tués par l'un de leurs parents dans un contexte de violence au sein du couple.
  • 16 victimes collatérales ou ayant le statut de rival

 Au total, on dénombre 214 victimes tuées dans le cadre de violences au sein du couple.

  •  58 auteurs, femmes et hommes se sont suicidés.

 Les violences au sein du couple sont donc à l’origine de 272 décès en 2019.

 L’impact des homicides au sein du couple sur les enfants

  • Enfants orphelins : 111 enfants sont devenus orphelins de père ou de mère ou des deux partents suite aux homicides au sein du couple.


Source : Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, Délégation aux victimes, Ministère de l’Intérieur

A LA REUNION

Tableau de bord des violences conjugales à La Réunion- Données 2018

5 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire en 2018.

15 femmes ont été tuées depuis 2016.

Dépôt de plainte

2 016 faits de violences conjugales ont été constatés et enregistrés en 2018 par les services de police et de gendarmerie :

  • soit une augmentation de 4,2 % par rapport à 2017
  • soit plus de 5 plaintes déposées par jour
  • 90 % des faits concernent les femmes.

Protection des victimes

+ de 3 affaires liées aux violences conjugales ont été enregistrées en 2018 aux tribunaux de grande instance de Saint-Denis et de Saint-Pierre, en majorité pour des violences à l’égard des femmes.

De 2015 à 2018, 46 femmes ont bénéficié du téléphone grave danger et ont ainsi été sauvées.

Dans le cadre de l’aide aux victimes, l’Association Réunionnaise pour l’Aide Juridique aux Familles et aux victimes (ARAJUFA) a reçu 2 608 victimes en 2018 dont 421 victimes de violences conjugales.

Écoute et prise en charge des femmes victimes

2 230 personnes ont été accueillies en 2018 par les 4 intervenantes sociales placées auprès des commissariats de police et des brigades de gendarmerie (ISCG).

+ de 1 000 femmes ont été accueillies en 2018 par les associations (lieux d’écoute et accueils de jour) et y ont trouvé plusieurs soutiens et accompagnements d’ordre administratif, juridique, psychologique et social.

Mise à l’abri  d’urgence

Les 4 centres d’hébergement et d’accueil d’urgence avec une capacité totale de 133 places accueillent les femmes avec ou sans enfants, victimes de violences conjugales ou en rupture familiale, sans leur être cependant dédiés.

Il existe 3 structures d’accueil et d’hébergement d’urgence temporaire (SAUT) exclusivement dédiées aux femmes, avec ou sans enfants, victimes de violences conjugales ou intrafamiliales, elles disposent au total de 22 places.

En cas d’indisponibilités de places, des nuitées hôtelières leur sont proposées (dispositif PGH- pensions gîtes hôtels).

Le transport en taxi est assuré en cas de difficultés pour se mettre à l’abri.

Enquête VIRAGE (violences et rapports de genre) sur les violences envers les femmes dans les espaces publics, au travail et dans les couples, réalisée par l'INED :

  • en 2016, en métropole
  • en 2018, à La Réunion, en Guadeloupe et Martinique

A La Réunion : 3 069 personnes de 20 à 69 ans (2 209 femmes et 860 hommes) ont été interrogées. Les premiers résultats

2015 Orviff. tous droits réservés.